Surréalisme
Information sur le mouvement artistique surréaliste

Seconde Guerre mondiale

et pÉriode d'aprÈs-guerre

La Seconde Guerre mondiale créa le chaos, non seulement pour l'ensemble de la population européenne mais aussi pour les artistes et les écrivains qui s'opposaient au fascisme et au nazisme.

André Breton après-guerre

De nombreux artistes fuirent vers l'Amérique du Nord, à la recherche d'une sécurité aux États-Unis. La communauté artistique de la ville de New York était déjà plongée dans le surréalisme et plusieurs artistes comme Arshile Gorky, Jackson Pollock, Robert Motherwell et Roberto Matta, établirent une étroite collaboration avec les artistes surréalistes eux-mêmes. Leurs idées concernant l'inconscient et le rêve furent rapidement adoptées.

Après la Seconde Guerre mondiale, le goût de l'avant-garde américain bascula vers l'expressionnisme abstrait avec l'appui de personnes influentes telles que Peggy Guggenheim, Leo Steinberg et Clement Greenberg. Toutefois, il ne faut pas oublier que l'expressionnisme abstrait fut créé directement des réunions d'artistes surréalistes américains auto-exilés pendant la Seconde Guerre mondiale. Arshile Gorky et Wolfgang Paalen influencèrent particulièrement le développement de cette forme d'art américain qui, comme le surréalisme, célébrait l'acte créatif instantané.

Les premières oeuvres de plusieurs artistes expressionnistes tels que Rauschenberg révélèrent un lien étroit entre les aspects superficiels de ces deux mouvements et l'émergence d'aspects dadaïstes.

La Seconde Guerre mondiale éclipsa pour un certain temps presque toute la production artistique.

En 1940, Yves Tanguy maria la peintre surréaliste américaine Kay Sage. En 1941, Breton se rendit aux États-Unis, où il co-fonda l'éphémère revue VVV avec Max Ernst, Marcel Duchamp et David Hare. Toutefois, ce fut le poète américain, Charles Henri Ford et son magazine View (Voir) qui offra un véritable canal pour la promotion du surréalisme aux États-Unis.

L'édition spéciale sur Duchamp fut cruciale pour la compréhension du surréalisme par le public américain. Cela souligna les connexions avec les méthodes surréalistes, offrant diverses interprétations de son oeuvre ainsi que la vision de Breton que Duchamp eut été le pont entre le début des mouvements modernes tels que le futurisme et le cubisme, et le surréalisme. Wolfgang Paalen quitta le groupe en 1942 pour des raisons de divergences philosophiques et politiques avec Breton pour fonder le journal Dyn.

Bien que la guerre eut été perturbatrice pour le surréalisme, les travaux continuèrent. De nombreux artistes surréalistes continuèrent à explorer le vocabulaire, y compris René Magritte. De nombreux membres du mouvement surréaliste continuèrent à correspondre et à se rencontrer. Alors que Dalí fut excommunié du groupe par André Breton, il n’abandonna pas les thématiques surréalistes dans ses peintures, y compris les références à son oeuvre « La persistance du temps ». Sa période classique ne fut pas une rupture forte avec le passé, si bien que certains, comme Thirion, dirent de son travail qu'il y avait des oeuvres qui, après cette période, continuèrent à avoir une certaine pertinence pour le mouvement.

Au cours des années 1940, l'influence du surréalisme fut ressentie autant en Angleterre qu'en Amérique. Mark Rothko avait un intérêt dans les formes biomorphiques.

En Angleterre, Henry Moore, Lucian Freud, Francis Bacon et Paul Nash utilisèrent ou expérimentèrent des techniques de surréalisme. Conroy Maddox, l'un des premiers britanniques dont le travail surréaliste date de 1935, demeura au sein du mouvement et organisa une exposition surréaliste, en 1978, en réponse à une précédente exposition qui lui déplut car elle ne représentait pas correctement le surréalisme.

L'exposition de Maddox, intitulée Surrealism Unlimited (Surréalisme illimité), eut lieu à Paris et attira l'attention de la communauté internationale. Sa dernière exposition solo eut lieu en 2002, et il mourut trois ans plus tard. Magritte continua de produire des oeuvres plus réalistes avec des objets réels, tout en maintenant l'élément de juxtaposition, comme dans les oeuvres Les Valeurs Personnelles et l'Empire de la Lumière.

Livre Salvadot Dali

Les dossiers